Janvier 2020 – La place aux hommes

Pour une fois, place aux corps des hommes, avec cet article qui leur est dédié. Les personnes qui me connaissent bien m’auront probablement déjà entendue radoter là-dessus, je vais vous parler d’une de mes grandes frustrations : pourquoi le corps des hommes est-il si peu mis en valeur ? Pourquoi est-ce que la majorité des photographes femmes aussi bien que des photographes hommes prend-elle surtout, voire uniquement, des femmes en photo ?

La réponse courante à ces questions tourne généralement autour de « la femme est plus belle de nature » ou « c’est normal, les femmes sont moins excitées par ce qu’elles voient ». Vraiment ? Ce dernier point est un mythe absurde, si l’on considère les études qui ont montré que les femmes réagissent à beaucoup plus d’images à caractère sexuel que les hommes¹.

[…] en l’absence d’autoérotisation des maris, amants, petits amis, rien ne vient remplacer la passion sexuelle des débuts lorsqu’elle s’essouffle. Or on ne peut pas demander les résultats du désir sans susciter le désir, de même qu’on ne peut pas réclamer plus d’interactions charnelles sans considérer sa propre chair.

dixit Maïa Mazaurette sur l’invisibilisation du corps masculin dans Le Monde. La gente masculine se plaindrait d’un déséquilibre du désir entre l’homme et la femme ? Peut-être qu’il serait bénéfique pour tous et toutes d’accorder plus de valeur au corps de l’homme. Ou du moins, de redistribuer les valeurs que l’on donne aux corps des hommes en comparaison aux femmes.

Alors je ne vais pas écrire un énième article expliquant les causes et effets de la non-érotisation du corps des hommes, car beaucoup l’ont déjà fait – et je ne prétendrai pas faire mieux. En revanche, je souhaite partager avec vous le travail d’artistes qui mettent en avant les corps masculins et dont j’admire beaucoup l’esthétique. Pour chaque artiste présenté.e, je vous ai sélectionné une ou deux photos coups de cœur, qu’il était difficile de choisir tant leurs galeries regorgent de merveilles. Je vous laisse donc explorer leurs pages personnelles : des images à consommer sans modération. Quels que soient votre genre et votre orientation sexuelle, d’ailleurs, il est bon de le rappeler – un peu de curiosité bien placée ne faisant pas de mal !

Je vais commencer par Cédric Roulliat, avec qui j’ai d’ailleurs eu la chance de travailler l’année passée (voir la photo en couverture de cet article). Son style, avec un éclairage très franc et des couleurs vives, est bien reconnaissable. Il photographie des hommes et des femmes, dans un univers bien particulier qui lui est propre. Univers dans lequel les hommes auraient tendance à être bien plus dénudés que les femmes. Jugez plutôt par vous-même.

Cédric Roulliat a de plus une page Instagram spécialement dédiée aux hommes. On y retrouve ce même univers très intrigant, que j’apprécie beaucoup.

Ensuite, on change de tons : fini les couleurs vives, place à un monde de fond blanc et de chair. Le photographe Jérôme Sussiau montre le corps masculin dans son plus simple appareil, dans une exploration simple et très graphique. Ses images sont remplies de douceur, dans un milieu cotonneux et pastel. La preuve par l’exemple que les hommes, eux aussi, peuvent être délicats.

Avec le photographe Julien Benhamou, c’est le corps en mouvement qui est à l’honneur, de l’homme comme de la femme. Je trouve ses photos de danseurs absolument fantastiques. Qui a dit que seules les femmes sont gracieuses ?

View this post on Instagram

Valentin

A post shared by Julien Benhamou photographe (@julienbenhamouphotographe) on

Et enfin, terminons par le regard d’une femme, Sucre d’Orge, sur les hommes. Allant d’appartements en coulisses, l’artiste burlesque fige sur ses pellicules notamment le monde du spectacle, du queer et des drag queens. Avec son appareil argentique et son œil un tantinet voyeur, elle immortalise des instants intimes.

Arrivée à ce stade de la rédaction de l’article, me vient comme une sorte de malaise. Quelque chose me dérange, et je me sens prise à mon propre piège : j’avais pour but de montrer des représentations du corps masculin, et je me rends compte que je ne vous propose que des images complètement normées dudit corps. Je réalise que ces photos, que je trouve belles et admire, montrent finalement toutes des modèles conformes au physique d’homme « idéal » selon les critères sociétaux. Tous dans une même tranche d’âge et d’ethnie. Ou alors, dès que l’on sort du cadre, on passe d’un extrême à l’autre et arrive dans le milieu queer. Ce qui est une bonne chose et déjà un grand pas, certes, mais il serait certainement bénéfique de montrer aussi tout le spectre entre ces deux pôles. Car c’est dans cette zone que la majorité pourra se reconnaître.

Alors bon. Étant donnée la sous-représentation du corps de l’homme dans les arts, c’est déjà un progrès certain. Mais la prochaine étape serait de diversifier le type de physiques mis en avant. J’ai donc poussé mes recherches plus loin. En creusant, on finit par trouver des photographes qui sortent du conformisme. En voici donc quelques uns, qui font honneur à la diversité des corps et des genres.

Tout d’abord, coup de cœur pour le photographe Florian Hetz. Ses images sont des gros plans, tirant parfois sur l’abstrait et le mystère, des morceaux de corps dont se dégage un érotisme poignant.

View this post on Instagram

Chill out, it’s an elbow joint

A post shared by Florian Hetz (@florian.hetz) on

Arsène Marquis se définit comme gendermagician. Et pour cause, ses portraits sont variés. Ses clichés sont colorés, joyeux, et la nature et la poésie y sont très présentes.

Enfin, la page de virgin & martyr vaut le détour. Elle regroupe des photos dont se dégagent de la sensualité, une jolie touche d’humour et beaucoup de sincérité. Et surtout, une diversité extraordinaire, qui me permettra de terminer cet article en beauté !

View this post on Instagram

Continuiamo a parlare di anorgasmia in collaborazione con @vaginandoitalia. ⁣ ⁣ La sua manifestazione più comune prevede che, nonostante l’intensificarsi graduale della sensazione di piacere, non si arriva pienamente oltre raggiungendo il culmine. Il risultato è, a tutti gli effetti, un blocco che conduce all’insoddisfazione.⁣ ⁣ Ne esistono diverse tipologie:⁣ ⁣ – Primaria: in cui il soggetto non ha mai raggiunto l’orgasmo sin dall’inizio della vita sessuale;⁣ – Secondaria: in cui la capacità di raggiungere l’orgasmo è stata persa;⁣ – Situazionale: in cui il soggetto non riesce a raggiungere l’orgasmo solo in alcune occasioni. ⁣ – Generalizzata: se l’anorgasmia è sempre presente, anche se secondaria, indipendentemente dalla situazione. ⁣ ⁣ I primi specialisti che andrebbero contattati sono ginecologi e ostetrici, in grado di verificare se l’origine del problema sia fisiologica, controllando anche la salute del pavimento pelvico. ⁣ ⁣ Se viene esclusa una causa organica, il problema è spesso di matrice culturale e psicologica, per cui sono d’aiuto sessuologi, psicosessuologi o consulenti sessuali, importanti per favorire la comprensione delle possibili origini e soluzioni.⁣ ⁣ Per questi casi, ecco alcuni consigli (che NON sostituiscono l’analisi di uno specialista):⁣ ⁣ – Mettersi a proprio agio, prima di tutto da soli, e ricercare le condizioni che più ci favoriscono un appagamento sessuale e allontanare quali lo ostacolano.⁣ – Lavorare su quelli che per noi sono pensieri erotici ed eccitanti, per allontanare quelli intrusivi che causano distrazione;⁣ – Esplorare zone del corpo nuove o solitamente tralasciate. Ricordiamo ad es., che molte persone si concentrano sulla stimolazione vaginale anche se, di fatto, l’80% delle vulve richiede la stimolazione clitoridea/esterna per l’orgasmo;⁣ – Sperimentare stimolazioni diverse, magari aiutandosi con dei supporti come sex toys o pornografia⁣ – Prendersi tutto il tempo necessario per sé e lavorare sul rischioso senso di colpa o di “riscatto” nei confronti dell’altro. Se i nostri partner ci tengono al nostro piacere, qualsiasi cosa serva per arrivarci ne varrà la pena. 📷 @bramstrokeher by @alexandrakacha

A post shared by virgin & martyr (@virginandmartyr) on

Pour terminer (cette fois-ci pour de bon !) une petite dédicace spéciale à la page Instagram du podcast On the verge, dont je vous parlais le mois passé, qui publie chaque dimanche une série de stories « hot dudes » très inspirante !

En conclusion, j’ai voulu mettre en avant des photos de corps masculins, afin de combler le déséquilibre qu’il y a entre hommes et femmes dans leurs représentations respectives dans les arts. Ce faisant, et j’espère que vous me pardonnerez les différentes directions de cet article, j’ai constaté qu’il était facile de tomber dans un autre piège : celui du corps unique et idéal. Alors, photographes, artistes, ne vous gênez plus : montrez des corps, dans toute leur diversité, afin de casser des idéaux qui nous sont imposés ! Et puis surtout, montrez des hommes autant que des femmes, afin d’émoustiller le regard de chacun et de chacune !

cropped-logo_luluwite_s.png

 

 

 

 

Photo en couverture : Cédric Roulliat, avec Mathieu Quintin et moi-même.

¹«A Sex Difference in the Specificity of Sexual Arousal», par M.L. Chivers, G. Rieger, E. Latty et J.M. Bailey.

2 Replies to “Janvier 2020 – La place aux hommes”

  1. Bonjour Lulu,

    Il se peut que le corps de l homme soit moins représenté dans notre siècle mais l antiquité nous a laissé de merveilleux spécimens (le David de Michel-Ange et bien d autres) et à ca seule vue nos sens s’éveillent 😉

    J'aime

  2. Bonjour Lea,

    Merci pour ta remarque, il est vrai que l’antiquité nous a laissé des merveilles ! A noter cependant que tout de même, il y avait déjà un certain déséquilibre dans les représentations : l’homme en action, en guerrier, et la femme plutôt dans la passivité, l’attente, la séduction.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s