Mai 2022 – Vingt-cinq mètres de dentelle pour un dessous chic comme en 1910

Une année après avoir publié un premier article sur le sujet, j’ai enfin des photos à vous montrer de ma reproduction de dessous du début du 20ème siècle. Enfin… le début de la tenue, seulement ! Reproduire une tenue d’époque de manière fidèle est un long processus. Passionnant, certes, mais qui requiert de la patience. Je suis donc très fière à chaque fois que je parviens au bout d’une étape et dans cet article, je vais vous parler du cheminement effectué pour réaliser une combinaison d’après la mode de 1900-1910. Bien évidemment, je terminerai l’article en vous montrant des photographies du résultat porté dans un cadre historique.

La combinaison comme nouvelle pièce de sous-vêtement

Dans la seconde moitié du 19ème siècle, la première couche de vêtements est constituée d’une chemise, qui se porte sous le corset, et d’une culotte bouffante et fendue qui, d’après ce que j’ai pu lire, se porte soit en dessous soit en dessus du corset. Puis vient un cache-corset qui, comme son nom l’indique, se porte par-dessus le corset. Ces trois pièces sont généralement faites de coton ou de lin blancs, et sont souvent ornées de dentelles. Les pages de catalogues d’époque ci-dessous montrent des exemples typiques du début du 20ème siècle.

Des chemises. Source : Pinterest
Des culottes fendues, 1898. Source : Flickr
Des cache-corsets, 1902-3. Source : Supplementary catalogue

Aux alentours de 1900, la combinaison devient très à la mode, surtout chez les jeunes femmes. Comme son nom le laisse deviner, c’est un vêtement qui combine le haut et le bas en une seule pièce. Deux combinaisons sont possibles : la première rassemble la culotte avec le cache-corset et se porte ainsi par-dessus le corset (qui lui-même se porte sur une chemise, le corset ne se portant jamais à même la peau), la seconde combine la culotte avec la chemise, et se porte donc en dessous du corset (qui est ensuite recouvert du cache-corset). Vous suivez ? Cette dernière version est celle que l’on voit le plus souvent sur les images ou photos d’époques que l’on peut trouver sur internet.

Nota bene : si vous êtes choqué·e par la finesse de la taille, vous pouvez lire cet article que j’ai écrit sur les biais historiques influençant nos croyances sur la taille fine corsetée. Source de la photo : Andrea Schewe

Le patronage

Le meilleur moyen d’obtenir une silhouette fidèle à celle de l’époque, c’est de reproduire la coupe des vêtements grâce aux manuels de couture de la même période. Pour la combinaison, j’ai suivi les conseils d’un article de Foundations Revealed et me suis référée au livre Clothing for Women de Laura I. Baldt, qui est disponible en version numérique – une chance ! J’ai donc dessiné un patron à mes mesures en suivant les méthodes du chapitre Clothing design, dont sont extraites les images ci-dessous.

J’avais déjà parlé un peu du processus de patronage de cette combinaison dans la deuxième moitié d’un précédent article, je vous laisse y revenir si cela vous intéresse.

L’insertion de dentelle

Avant d’assembler les pièces, j’ai inséré les bandes de dentelles en les cousant « dans » le tissu de coton. L’insertion de dentelle s’utilisait beaucoup à cette époque. En soi, la technique est plutôt facile à réaliser et l’effet très satisfaisant. En revanche, ce processus est long. Très, très, très long. Il faut dire aussi que j’ai mis au total 25 mètres de dentelle dans ma combinaison… Mais, quand on aime on ne compte pas, n’est-ce pas ?

Voici quelques photos prises lors de ce long processus – mais qui vaut ô combien la peine ! Le résultat est si satisfaisant.

La combinaison

Après toutes ces semaines de recherches, de découpe, de repassage et de couture, j’ai été si heureuse de pouvoir porter cette combinaison, qui est la première couche d’une tenue de 1910. Je vous présente ces quelques photos, réalisées par Conteur d’Histoires. (Cliquer sur les images pour agrandir)

En ce moment je travaille sur la couche suivante : le corset ! Affaire à suivre. N’hésitez pas à vous abonner à ce blog pour ne pas rater la suite, il suffit d’entrer votre adresse e-mail tout en bas de la page. À bientôt pour la suite !

Et voilà, on a tout de la combinaison à la mode en 1910 : des froufrous, de la dentelle, des rubans, et bien sûr… la culotte fendue ! (Elle l’était d’ailleurs pour des raisons d’hygiène, et non d’érotisme, soit dit en passant.) Photo : Conteur d’Histoires

Ressources pour aller plus loin :

6 Replies to “Mai 2022 – Vingt-cinq mètres de dentelle pour un dessous chic comme en 1910”

  1. Bravo pour ton travail! C’est magnifique! Et je l’ai vu en vrai, tellement beau!
    Eh oui, également un bravo spécial à Conteur d’histoires pour cette si belle mise en valeur! Quels talents vous deux!

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :