Avril 2018 – Les machines parlantes

Il est évident que la musique est un élément essentiel pour une danseuse. Passionnée par la musique du début du XXème siècle, je chéris tout particulièrement l’écoute de mes morceaux préférés sur leurs supports originaux, ainsi que leur histoire. J’ai eu la joie de découvrir, il y a un peu plus d’une année, le Phono Museum dans le quartier de Pigalle, un petit musée rempli de trésors qui retracent la grande histoire du son enregistré, de 1857 à nos jours. C’est toujours un plaisir d’aller y faire un tour, j’y suis donc retournée le week-end passé lors d’une petite visite à Paris. On y est accueilli par des passionnés de ces précieux objets de l’histoire sonore, qui se font un plaisir de nous présenter leur collection de « machines parlantes » en traversant les époques au gré du son. Je vous ramène donc un petit aperçu non exhaustif en images. Mais bien entendu, rien ne vaut une visite sonore directement sur place!

C’est dans la seconde moitié du 19ème siècle que sont nées les machines parlantes, ces divers appareils qui permettent d’enregistrer un son, puis de l’écouter. À l’origine, ces appareils sont utilisés comme dictaphones pour enregistrer des paroles afin de pouvoir les écouter et les retranscrire par écrit, d’où le nom de « machines parlantes ».

IMG_20180420_152023569
Différentes machines parlantes en vogue en 1906

En 1877, Thomas Edison dépose le brevet de sa machine nommée phonographe, inspirée des travaux de Léon Scott de Martinville et de Charles Cros. Le phonographe permet dans un premier temps de graver un son sur un cylindre à l’aide d’un stylet, puis dans un second temps, l’aiguille parcourant les sillons gravés autour du cylindre met en vibration une membrane, reproduisant ainsi le son original.

IMG_20180420_152109199_LL
Phonographe avec cylindre en cire, 1904.

D’abord installé dans des bars ou des galeries marchandes, cet appareil révolutionnaire voit son succès grandir très vite. « Le phonographe est le premier produit de consommation de masse à avoir pénétré dans les foyers, avant la radio et l’électricité. »¹

stetoscopes
Un phonographe muni de stétoscopes, pour ne pas déranger les voisins.

En 1896, le gramophone, nouvelle machine parlante mécanique développée par Emile Berliner, commence à concurrencer le phonographe à cylindres. Les disques deviennent progressivement plus populaires que les cylindres, de par leur facilité de fabrication et d’entreposage.

gramophone

Les tourne-disques mécaniques se présentent sous des formats très variés. Certains ont un, voir plusieurs grands pavillons qui permettent d’amplifier le son suffisamment pour des grandes salles. Ainsi, il est possible de remplacer l’orchestre par un gramophone lors de soirées dansantes, ce qui est moins coûteux – et prend beaucoup moins de place évidemment.

gramophonesmeubles
Des meubles de salon gramophones à pavillons, la chaîne Hi-Fi du début du XXème siècle.

D’autres sont plus compactes, pour un usage plus intimiste.

gramophones

Le gramophone valise, aussi appelé « gramophone pique-nique », a l’avantage d’être très compacte et facilement transportable. Il se présente sous la forme d’une malette, munie d’un compartiment pour ranger quelques disques. Le son est amplifié grâce à une cavité à l’intérieur du boîtier. Pas besoin de s’encombrer d’un pavillon – ni du budget conséquent que cela implique!

IMG_20180308_084835562
Mon gramophone-valise, de la marque suisse Paillard.

disquesophisticatedlady

Reconnaissez-vous ce disque? C’est le 78 tours de Sophisticated Lady de 1933, morceau de Duke Ellington sur lequel je danse dans mon dernier numéro. Vous pouvez écouter le son joué par mon gramophone sur cette vidéo que j’ai mise en ligne.

Rendez-vous au Zürich Burlesque Festival samedi prochain, où je vais danser avec mes éventails sur ce magnifique morceau! Et je vous encourage vivement à aller écouter les machines parlantes du Phono Museum lors de votre prochain passage à Paris, puis d’aller acheter les derniers tubes en 78 tours à la Phonogalerie dans la pièce d’à côté!

LW

Sources des images: toutes les photos (exceptées les deux dernières) ont été prises au Phono Museum par moi-même.

¹Site officiel du Phono Museum

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s